Vous êtes ici : Accueil > C - Ostéopathie : généralités et concepts > Philosophie > Médecine complémentaire ou alternative
Publié : 24 juillet 2012

Médecine complémentaire ou alternative

L’ostéopathie vétérinaire :
Médecine complémentaire ou alternative ?

L’ostéopathie fait partie de ce que l’OMS appelle les MCA (médecines complémentaires et alternatives), qui proposent des solutions en complément ou en remplacement de la médecine conventionnelle, appelée également médecine allopathique.

C’est une médecine manuelle qui a été inventée à la fin du 19 ème siècle par le Dr Andrew Taylor Still, médecin américain.

Elle s’est développée par la suite en Europe, en Grande-Bretagne puis en France où elle a été officiellement reconnue en 2002.

L’OSTEOPATHIE VETERINAIRE

L’ostéopathie vétérinaire s’est développée en parallèle sur les différentes espèces animales mais en appliquant les mêmes principes et les mêmes techniques que l’ostéopathie humaine.

Même si le cheval, de par sa fonction (sportive en général) est le principal bénéficiaire actuellement de cette médecine, les autres espèces animales sont elles aussi de plus en plus concernées.

Chez les animaux de rente (bovins, ovins) , elle permet d’éviter le recours à certains médicaments et donc la présence de résidus dans le lait et la viande tout en ayant une approche plus soucieuse du bien-être animal.

Chez les animaux de compagnie, elle permet également de limiter le recours aux médicaments chez des individus qui ont déjà parfois des traitements multiples et lourds, d’éviter certaines chirurgies de la colonne vertébrale ou des membres ou encore d’améliorer le résultat des chirurgies).

TECHNIQUES ET PRINCIPES

Il existe différentes techniques de travail en ostéopathie qui peuvent être employées de façon exclusive ou combinée en fonction du problème rencontré, des spécificités du patient, et surtout de la “sensibilité” du praticien.

Il existe des techniques dites :

-  structurelles (manipulation de parties entières du corps avec “craquement”)
-  fasciales (travail sur les fascias : films conjonctifs qui s’insinuent partout dans le corps, séparent des tissus mais unissent l’ensemble)
-  crânio-sacrées (travail à partir du crâne et du bassin et utilisant le mouvement respiratoire primaire)
-  énergétiques (travail sur les courants énergétiques qui circulent dans l’organisme)

on peut donc se concentrer sur une seul technique ou “panacher” et passer de l’une à l’autre au cours d’une même séance)

Le but (et le principe) est toujours de réharmoniser et rééquilibrer l’organisme pour qu’il retrouve ses capacities d’auto-guérison.

Plus classiquement il s’agit de rétablir la mobilité au niveau général en travaillant sur les micro-mouvements au niveau des tissus tout en s’intéressant à la globalité du corps,
car un problème qui se manifeste dans une zone anatomique peut trouver sa source à un autre endroit ou plusieurs autres endroits.

C’est donc ce que l’on appelle une médecine “holistique” qui aborde l’organisme comme une unité, sous un angle fonctionnel et qui s’intéresse au “terrain”, alors que la médecine conventionnelle s’intéresse aux symptomes et aux lésions.

Cela rend donc difficile d’objectiver ce que ressent l’ostéopathe car les “dysfonctions” ostéopathiques ne sont pas visibles avec des examens d’imagerie classique comme la radiographie , le scanner ou l’IRM (avec lesquels on cherche à voir essentiellement des lésions).

INDICATIONS / NON-INDICATIONS

Comme on ne se place pas sur le plan des symptômes, il est plus compliqué de parler d’indications thérapeutiques précises (segmentation basée sur la logique des symptômes), notion développée pour la médecine conventionnelle.

On peut quand même donner quelques grands champs d’application de l’ostéopathie :

-  les altérations du mouvement (ex : les boiteries et douleurs chroniques non liées à des lésions, arthrose)
-  les dysfonctionnements des viscères (ex : appareil digestif, urinaire, reproducteur)
-  les troubles comportementaux (ex : phobies, hyperactivité)
-  les troubles neurologiques (épilepsie essentielle, hernies discales débutantes)
-  un certain nombre de syndrômes dits idiopathiques ou la médecine conventionnelle n’a pas de solution car ces pathologies ne correspondent pas à cette segmention par symptômes et maladie.

Les principales non-indications sont les pathologies lésionnelles graves (fractures, luxations d’articulations, tumeurs …) et les maladies infectieuses aiguës.
Dans certains de ces cas, l’ostéopathie peut aussi avoir un intérêt en deuxième intention pour optimiser le traitement conventionnel (ex : améliorer le post-opératoire)

Quand faire appel à l’ostéopathie ? :
A tout âge, en traitement d’une pathologie avérée ou en prévention à raison d’une à deux séances par an.
Chez le jeune en animal pour permettre une bonne croissance et éviter les problèmes futurs.

DEROULEMENT D’UNE SÉANCE

Le vétérinaire ostéopathe prends classiquement les commémoratifs (historique) de l’animal, effectue un examen clinique voire neurologique classique de l’animal si besoin est avant de passer à la phase ostéopathique.
Le diagnostic et le traitement se font manuellement et s’enchainent naturellement sans que parfois cela soit perceptible par l’assistance, surtout si les techniques employées ne sont pas structurelles.

L’”écoute” qui permet de recueillir les informations directement du patient est une phase essentielle, elle nécessite une présence que celui-ci ressent directement et qui permet bien souvent sa complète coopération.
Dans la phase de traitement, outre la “présence” toujours nécessaire, l’”intention” est primordiale.

Le choix des techniques se fait de façon adaptée et individuelle selon le patient, son âge, sa pathologie et sa réponse au traitement.
La durée d’une séance est variable mais peut facilement atteindre une heure.

L’ostéopathie est classiquement proposée comme solution thérapeutique dans les pathologies chroniques où elle trouve sa pleine justification, mais aussi parfois dans certains phénomènes plus aigus (ex : mise-bas, dysfonctionnement laryngé, douleur rachidienne).
Elle peut donc être à la fois alternative quand elle offre une autre solution à un problème classiquement traité par médicament ou chirurgie (par choix personnel du propriétaire, pour raison médicale en fonction de l’état du patient, voire pour des raisons financières), ou complémentaire lorsqu’elle permet l’optimisation ou même la réussite d’un traitement allopathique.
On parle alors de médecine intégrative, alliance des médecines conventionnelle et complémentaires, utilisées conjointement pour favoriser la santé du patient.

Pour trouver un vétérinaire ostéopathe :
-  s’adresser à son vétérinaire traitant
-  annuaire : http://www.osteopathe-veterinaire.eu/spip.php?rubrique2

sites sur l’ostéopathie vétérinaire : http://www.vetosteo.net